Déroulement du programme scientifique sur la Sélune

Le programme scientifique sur la Sélune a débuté en 2012 et se poursuivra jusqu’en 2027. Le développement du programme scientifique s’est fait en plusieurs étapes, indissociables des travaux d’effacement et des décisions politiques et locales liées aux barrages (en savoir plus sur le contexte général du programme).

Un programme, trois phases

Le programme scientifique suit la restauration de la Sélune en considérant trois phases :

  1. La phase d’évaluation : pré-démantèlement des barrages (2012-2018)
  2. La phase d’effacement : démantèlement des barrages (2019-2021)
  3. La phase de restauration : post-démantèlement des barrages (2022-2027)

L’évaluation (phase 1 : 2012-2018)

La première phase du programme a démarré en 2012 et s’est poursuivie jusqu’au début des travaux d’effacement des barrages. Elle a permis de comprendre comment le fleuve et sa vallée fonctionnaient avec les barrages. Lors de la phase d’évaluation, le programme était divisé en 4 thématiques principales :

  • Socio-géographie
  • Biocénoses aquatiques
  • Ripisylve et paysages
  • Dynamique fluviale

L’effacement (phase 2 : 2019-2021)

La seconde phase du programme a démarré en 2019, suite à la mise en place en 2018 d’une convention entre plusieurs partenaires pour gérer l’organisation du programme scientifique (pour en savoir plus, c’est ici). Elle correspond également au début des opérations d’effacement du 1er barrage sur la Sélune. Cette phase du programme permet d’observer directement les changements qui s’opèrent pendant les opérations de restauration de la continuité de la Sélune et d’anticiper les changements que cela pourrait engendrer.

Pour cette phase et suite à la rédaction de la convention cadre du programme scientifique, celui-ci est désormais divisé en 3 thématiques principales :

  • Dynamique du territoire et ses trajectoires
  • Dynamique fluviale et qualité de l’eau
  • Biocénoses, fonctionnement et évolution

La restauration (phase 3 : 2022-2027)

Cette phase débutera dès la remise en continuité complète de la Sélune, après l’effacement du deuxième barrage. Elle permettra de comprendre comment l’écosystème fluvial se restaure et comment la vallée de la Sélune fonctionne sans les barrages d’un point de vue biologique, hydrologique, géomorphologique, économique et sociétal.