En bref

Depuis 2012, une centaine de scientifiques, spécialisés dans des domaines aussi variés que la géologie, l’hydrologie, la chimie, la biologie ou les sciences humaines et sociales, s’est mobilisée sur le projet de restauration des continuités écologiques sur la vallée de la Sélune. Un travail pluridisciplinaire qui se déroule en deux phases successives : le pré-démantèlement des barrages entre 2012 et 2019 et le post-démantèlement. 

La première phase consiste à dresser un état des lieux général. Plus précisément, il s’agit pour les chercheurs de caractériser l’état de référence du fonctionnement de la rivière Sélune et de son bassin versant (y compris les usages et les perceptions des usagers). Cette phase vise également à identifier les modifications intervenues suite aux opérations de vidange des barrages en 2017 et 2018.

La seconde phase du programme scientifique a pour objectif d’évaluer les conséquences dans le temps de la restauration écologique du cours d’eau et de sa vallée. Plus précisément, les chercheurs vont mesurer les effets du démantèlement des barrages sur les flux biologiques et géochimiques (hydriques, particulaires et chimiques) du cours d’eau, puis évaluer les risques et les bénéfices écologiques liés au retour d’un écosystème fluvial.
La vallée de la Sélune s’apprête à vivre de profondes transformations. Il s’agit donc, dans cette seconde phase, de mesurer également l’impact social et économique des changements à venir sur ce territoire, notamment pour l’agriculture et d’évaluer les conditions de l’acceptation locale du démantèlement des barrages. Une analyse des usages et des représentations associées aux paysages et à l’environnement de la vallée sera notamment réalisée.
Le programme Sélune est un projet de recherche inédit en Europe. Il constitue un cas d’étude scientifique exemplaire par sa durée (16 ans), la dimension des barrages concernés (36 et 16 m de hauteur) et des lacs associés. Les travaux de recherche sont organisés autour de quatre grands thèmes qui recouvrent l’ensemble des enjeux du programme scientifique : 

·       Paysages, habitants et usages : caractérisation des changements et conditions d’appropriation du projet sur le territoire.
·       Ripisylve, paysage et agriculture : modifications du paysage aux abords du cours d’eau et interactions entre agriculture, paysage et biodiversité.
·       Dynamique fluviale : changement des flux hydriques, sédimentaires et chimiques et leur impact sur la morphologie de la rivière et les habitats aquatiques.
·       Biocénoses aquatiques : évolution de la biodiversité et du fonctionnement des écosystèmes reconnectés, de la source à la baie du Mont-Saint Michel.