Restauration des écosystèmes suite à une suppression de barrages…

Restauration des écosystèmes suite à une suppression de barrages : approche fonctionnelle des interactions  entre zones aquatique et riveraine

Coordinateur(s)

Christophe Piscart (UMR 6553 ECOBIO) et Simon Dufour (UMR 6554 LETG)

Contexte et problématique

Historiquement, les relations entre les écosystèmes aquatiques et terrestres ont été abordées dans le sens de l’écoulement naturel, de l’amont vers l’aval : mouvements des nutriments, de matière et d’énergie provenant de la partie terrestre du bassin versant vers le compartiment aquatique. Plus récemment, le milieu aquatique n’a plus été considéré comme un simple réceptacle, mais comme un milieu interagissant avec le milieu terrestre. Or ces interactions représentent un angle mort des recherches en écologie de la restauration des systèmes fluviaux.

Objectifs

L’objectif de ce projet est d’amorcer l’analyse des néo-habitats issus de la restauration de la Sélune en se concentrant sur les interactions terrestre/Aquatique au niveau des interfaces riveraines et du rôle spécifique de ces interactions dans le processus de restauration. L’analyse des interactions entre zone aquatique et zone riveraine en contexte de restauration représente une opportunité scientifique unique de compréhension des mécanismes écologiques qui sous-tendent non seulement les processus de restauration, mais aussi du fonctionnement global des milieux aquatiques.

Méthodologie

De fait, la restauration des connectivités sera analysée sous le double angle du fonctionnement biogéomorphologique du corridor fluvial et du fonctionnement des réseaux trophiques (aquatique et terrestres). Deux interactions seront analysées : d’une part l’interaction entre la végétation riveraine et la morphologie du chenal et, d’autre part, les interactions trophiques entre les écosystèmes riverains et aquatiques. Premièrement, il s’agit d’analyser les relations bidirectionnelles entre les compartiments terrestres et aquatiques. Deuxièmement, la logique d’échantillonnage que nous proposons repose sur la double volonté (1) d’analyser des sites qui présentent des conditions environnementales contrastées afin de déterminer leur importance relative dans le processus de restauration (occupation du sol environnante arborée ou non, contexte topographique plus ou moins encaissé, etc.) et (2) de comparer ces sites avec des sites comparables en dehors de la zone des retenues.

Laboratoires impliqués

UMR CNRS 6553 ECOBIO, UMR CNRS 6554 LETG (Rennes et Caen), UMR INRA ESE.