Utilisation des habitats par les poissons amphihalins

Utilisation des habitats par les poissons amphihalins – Etape 1 (2019) : Etude télémétrique des déplacements des poissons migrateurs dans la Sélune avant l’arasement des barrages

Coordinateur(s)

Emilien Lasne (UMR ESE)

Contexte et problématique

Un des grands enjeux de la restauration de la continuité écologique dans le bassin de la Sélune est la recolonisation, par les poissons migrateurs, des secteurs situés en amont des barrages qui offrent un important potentiel d’habitat. L’hypothèse d’une recolonisation relativement rapide et massive de ces zones a été un argument fort pour motiver l’arasement étant donnée la problématique de conservation des populations. Ce projet se focalise sur le saumon atlantique (espèce anadrome) et l’anguille européenne (espèce catadrome) au stade jaune.

Objectifs

Ce projet a une double ambition :

  1. la mise en place de la méthodologie de suivi télémétrique. Les protocoles de télémétrie sont globalement bien maitrisés, qu’il s’agisse de l’installation d’un réseau de détection ou du marquage des poissons, et le principal verrou concerne le protocole de capture du saumon dans l’estuaire de la Sélune qu’il s’agira de mettre au point. Concernant l’anguille jaune, les protocoles de capture sont maitrisés.
  2. la production des premiers éléments sur la caractérisation de l’utilisation des habitats aval pré-arasement.

Méthodologie

Afin de caractériser les déplacements et identifier les habitats utilisés par le saumon et l’anguille dans le bassin de la Sélune après l’arasement des barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit, ce projet propose la mise en place d’un protocole de radio-télémétrie.

  1. Des antennes de détection radio sont installées dans le bassin de la Sélune à l’entrée des principaux affluents et le long du cours principal, d’autres sont aussi installées en aval des autres affluents de la Baie du Mont Saint Michel afin d’identifier d’éventuels mouvements entre affluents.
  2. Des géniteurs de saumon sont capturés dans l’estuaire de la Sélune lors de leur migration anadrome (au printemps et en été) et sont équipés d’émetteurs radio.
  3. Des anguilles jaunes sont capturées en aval du barrage de la Roche-Qui-Boit et sont également équipées d’émetteurs

Laboratoires impliqués

Muséum national d’histoire naturelle, Station marine de Dinard
Unité BOREA – Biologie des Organismes et Ecosystèmes Aquatiques

UMR INRA ESE